Mieux rentabiliser un événement – épisode 1 : communiquer comme une chaîne d’info

Renforcer la communication des dirigeants sur les réseaux sociaux

Mieux rentabiliser un événement – épisode 1 : communiquer comme une chaîne d’info

Stéphane Couchoud à la conférence SATIS 2019 avec Nathalie Klimberg Faudeux et Benjamin Jacquier - photo Emmanuel Nguyen Ngoc

En bref

Un événement coûte cher.

OBJECTIF DE L’ÉPISODE 1 : rentabiliser au maximum la communication pendant un événement

Comment ? En communicant beaucoup plus, et plus efficacement. Nous mettons en place un processus semblable à une chaîne télé d’info. Ces médias ont dû aussi se remettre en question : réduire les coûts, fournir au public ce qu’il demande (plus dynamique, plus esthétique, plus pertinent).

Combien ? Non, pas d’augmentation de budget. On travaille sur l’efficacité. Les vidéos créées peuvent être monétisées : sponsors, partenaires, publicité.

Et dans la pratique ? Vous allez devenir votre propre chaîne d’info lors de l’événement.

Jour J de l’événement : devenez votre propre chaîne d’info

Être visible sur les réseaux sociaux pendant un événement est un facteur clé de succès. Reste à remplir les tuyaux avec du contenu. Et là, je privilégie la vidéo suivant deux axes :

  • La vidéo style « chaîne d’info » produite par des pros
  • La vidéo instantanée produite par toutes et tous à partir d’un téléphone – À retrouver dans le prochain épisode

Bonne nouvelle : si vous préférez la photo, il vous suffit d’appliquer les 3 techniques vues ici.

La vidéo est le moyen de communication le plus rentable

Parmi les raisons, les réseaux sociaux mettent en avant les vidéos sans qu’il soit nécessaire de payer pour de la publicité. Quand on ne paye pas, ça s’appelle de la communication organique.

Couvrir un événement revient à faire de l’info. On tombe dans le même travers : la valeur de l’info décroît exponentiellement avec le temps. Il faut publier vite pour que votre info ait un intérêt à être partagée, commentée, etc. (on en revient au bouche à oreille tellement important pour votre marque).

Qui s’intéresse vraiment à un résultat sportif des jours plus tard ? Peu de gens.
Image associée
Pour vos infos, c’est pareil : plus vous communiquez tard sur une nouvelle, moins vous avez de chances d’être lus ! Et c’est exponentiel…

Diffuser les images sur grand écran durant l’événement

On projette des présentations et on peut aussi montrer les orateurs en gros plan. On en profite pour enregistrer les images qu’on peut réutiliser par la suite…

En projetant sur grand écran, on donne du confort aux participants. Cet article montre comment rentabiliser ce dispositif suivant 3 méthodes. Photo : Emmanuel Nguyen Ngoc au Satis Expo

Filmer les orateurs apporte une vraie valeur. Alors comment proposer cette vidéo aux personnes qui ne sont pas présentes à cet événement ? Il y a 3 méthodes :

  • Diffuser en direct
  • Publier après l’événement pour faire briller la marque
  • Publier comme une chaîne d’info

1ère méthode : diffuser en direct sur Facebook, YouTube, Twitch, etc.

#RFMMusicShow | LIVE 1ère partie

LIVE | K-Pop coréenne et Rock isséen en #direct depuis la grande scène de l'Ile St-Germain !

Publiée par Ville d'Issy-les-Moulineaux sur Samedi 15 juin 2019

Vidéo: le direct du RFMMusicShow produit par ÇA C’EST FAIT pour la Ville d’Issy les Moulineaux est un exemple de contenu vidéo à forte valeur ajoutée

Le direct vidéo sur les réseaux sociaux est un excellent produit d’appel. Vos contacts sont informés à nouveau de l’événement et peuvent regarder les publications qui sont liées. Je considère le direct plus comme un outil pour faire la promotion de votre conférence, atelier, foire…

Les réseaux sociaux ont radicalement démocratisé le direct vidéo (le « Live »). Vos différents contacts peuvent suivre l’événement. Une fois le direct terminé, on retrouve la vidéo complète de l’événement comme une vidéo classique.

Camera, Cameraman, Broadcasting, Shooting, Video Camera
Les gros équipements de production restent des valeurs sûres mais nécessitent d’importants moyens humains
Les caméras robotisées offrent un degré de souplesse important
Photo : Videlio

Combien d’entre vous suivent des conférences en direct grâce à la vidéo ? Très peu.

Les directs sur les réseaux sociaux sont plus ciblés sur des produits courts, ou à haute valeur ajoutée (des spectacles vivants comme des concerts par exemple).

Forces

  • Met la marque en valeur
  • Mise en avant sur les réseaux sociaux
  • L’événement sur place sur grand écran et retransmit en direct sur les réseaux sociaux
  • Coût réduit en automatisant la production (caméras robotisées, séquences pré-enregistrées…)

Faiblesses

  • Longs événements parfois difficiles à suivre en direct sur les réseaux sociaux
  • Sous-titrage quasi-impossible donc audience limitée aux internautes qui regardent le direct avec le son
  • Parfois coûteux suivant les moyens de production choisis
  • Besoin d’une connexion internet fiable sur place

Donc proposer un direct vidéo est pertinent mais produire des extraits courts de votre événement a plus de chance d’atteindre le public. Ce sont les deux autres méthodes.

2e méthode : des vidéos après l’événement pour mettre la marque en valeur

C’est LE classique : on filme l’événement et les coulisses, ensuite on fait un montage. On produit ainsi une vidéo de résumé courte, agréable à regarder, sur une musique engageante.

Ce travail demande beaucoup de temps : la vidéo est souvent publiée des semaines après l’événement. Les aller-retours entre le client et le producteur de la vidéo sont une des causes de retard.

Forces

  • Met la marque en valeur
  • Réduit les moyens techniques nécessaires pendant l’événement
  • Le client valide la vidéo avant diffusion
  • Sous-titrage pour capter le maximum d’audience

Faiblesses

  • Souvent publié bien après l’événement donc moins engageant pour le public, donc moins efficace, donc moins rentable
  • Parfois coûteux car nécessite du travail créatif important

3e méthode : produire des vidéos comme une chaîne d’info

Dans la 3e méthode, on publie un extrait vidéo PENDANT la conférence.
Cette vidéo est un extrait d’une conférence TEDxParis. Le contenu peut être publié sur les réseaux sociaux pendant la conférence, comme le fait typiquement une chaîne d’info qui propose des contenus très récents.
Vidéo : TEDx Talks

Je n’invente rien. Je reprends les bonnes pratiques des chaînes TV d’info et de sport (Canal+, France Télévisions, M6, TF1…). Je les ai épaulées de 2006 à 2017. Depuis 2012, j’ai étendu mes compétences aux films et séries. Là aussi, on cherche à distribuer ces contenus moins chers pour inonder la planète au même instant et éviter le piratage.

Ici, on crée des extraits de l’événement pendant l’événement. J’appelle cela du marketing de flux. Ce contenu est frais : les moments forts de la conférence sont mis à disposition de tous.

La méthode de travail est très proche d’une chaîne d’information ou de sport. Une personne note en temps réel les passages intéressants puis les publie sur les réseaux sociaux par exemple.

Vidéo : 16 heures après la fin de la conférence Social Selling Forum de Montpellier, cette vidéo était publiée sur LinkedIn

Forces

  • Met la marque en valeur
  • Maximise la valeur de l’événement (les participants relaient les interventions directement à partir de l’événement)
  • Met en valeur les intervenants par des vidéos disponibles rapidement
  • Accentue le phénomène de buzz en proposant des contenus récents

Faiblesses

  • Important travail de préparation en amont si on veut que l’équipe éditoriale puisse publier des vidéos de manière autonome pendant l’événement
  • Nécessite une connexion internet fiable

Gagner de l’argent avec ses vidéos

Les partenariats sont un excellent moyen de monétiser la vidéo. Dans l’exemple, la société Aspera (groupe IBM) était sponsor de cet événement Mesclado

Il existe plusieurs options pour monétiser ses vidéos, notamment :

  • Publier sur YouTube : ça rapporte peu mais c’est une belle vitrine (YouTube appartient à Google qui le met en avant dans les résultats de recherche)
  • Faire payer de l’espace publicitaire dans votre vidéo :
    • Une publicité vidéo (on appelle ça un pre-roll quand l’annonce publicitaire est diffusée avant votre vidéo, et post-roll quand c’est à la fin)
    • Un graphique publicitaire : un logo, une image, etc.
    • Un placement produit
  • Faire payer l’accès à la vidéo : on parle de vidéo à la demande – le site Vimeo est une plateforme parfaite
  • Inclure la vidéo dans une formation en ligne : la plateforme Udemy permet de démarrer sans investissement ni coût récurrent

Conclusion : Quelle méthode retenir pour la vidéo sur un événement

Les 3 méthodes sont complémentaires. L’info est celle qui apporte le plus de valeur, celle qui est le moins répandue dans les événements et donc la plus pertinente.

Mon expertise c’est de travailler avec vous sur la meilleure méthode permettant de couvrir l’événement à un budget donné. Les services MESCLADO vont de la préparation à la production le Jour J. Je m’entoure des bons talents : monétisation, production, événementiel.

N’hésitez pas à me contacter pour en parler : francois.abbe @ mesclado.com (à retaper sans espace dans votre messagerie favorite), mob. +33 6 64 95 55 83.

Fin de l’épisode

A suivre : l’amélioration de l’efficacité d’un événement

Dans les 2 épisodes suivants, retrouvez des moyens simples de tirer profit d’un événement (colloque, conférence, foire, réunion, forum…) :

  • Préparer et communiquer avant, pendant et après, avec vos ambassadeurs
  • Utiliser la vidéo instantanée pour décupler la com’ : la communauté va vous aider à relayer l’événement.

PS : Clin d’œil

J’intervenais comme conférencier au SATIS. J’ai donc fait un clin d’œil avec la superbe photo d’Emmanuel Nguyen Ngo.

Nathalie Klimberg Faudeux interrogeait Stéphane Couchoud. Vous ne connaissez pas ? C’est un réalisateur de films plein de talents :

Stéphane expliquait qu’il travaille avec le créateur de son Benjamin Jacquier. Une anecdote : tout le son est produit par Benjamin de toutes pièces, aucun son n’est enregistré pendant le tournage en Chine. Plus d’une trentaine de musiques ont été utilisées.

Stéphane Faudeux (Manager du SATIS) m’a glissé : « On avait repéré les talents de Stéphane Couchoud il y a déjà plusieurs années ». Respect !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *